Ramen and Cinema

23_mars_18_BD-31

Un soir, en amoureux, nous sommes allés au cinéma. Devant un film d’action sans contenu ni matière, nous avons partagé un pop-corn, heureux de profiter d’une distraction sans effort tout en mâchonnant des boursouflures sucrées. Nous étions censés rentrer à la maison ensuite, mais la divine providence en a décidé autrement…

Vers quatre heures du matin, la tête dans un bol de ramen, nous avons repris conscience tout en se demandant comment nous en étions arrivés là, après une sortie pourtant sage au cinéma.

Et voilà que nous étions attablés, presque à l’aube, dans un temple orné de plastique, un spécialiste de la nouille. Nous avions atterris dans ce boui-boui désert, avec comme seuls compagnons ;  une serveuse revêche et un néon blanc défectueux qui clignotait au rythme des clips vidéos d’un écran plat.

L’odeur de la vapeur émanant de la soupe asiatique avait imprégné mes cheveux , l’alcool consommé plutôt se mêlait à nos souffles, comme un vestige des heures écoulées ,et sur le bouts de nos doigts, restaient collées quelques traces tenaces de maïs soufflés. Je m’en apercevais dès qu’il me prit la main pour rentrer à la maison.

Si je vous parle de cette soirée, ce n’est pas pour son caractère extraordinaire ni pour partager quelques déboires avec vous ,mais bien pour vous parler de la naissance d’un cocktail.

Ramen and cinema est né comme ça, sur fond de soirée qui ne se passe pas du tout comme prévu, sur base d’une réminiscence tactile, olfactive et gustative.

Valentin se base sur nos souvenirs (ou trous de mémoires ) culinaires pour construire sa boisson. Bien plus qu’un film d’action sans matière, nos cocktails, eux, ont une véritable histoire à raconter.

23_mars_18_BD-5

Afin de réaliser le Ramen and Cinema, il vous faut :

  • Bourbon Wild Turkey
  • Lillet blanc
  • Sirop de pop corn, 5 épices et coriandre
  • Solution saline
  • Vinaigre de riz
  • Soja fermenté
  • Bitters gingembre

23_mars_18_BD-623_mars_18_BD-723_mars_18_BD-823_mars_18_BD-923_mars_18_BD-10

23_mars_18_BD-11

Toutes les photos sont de Fanny Myard  ❤

Drinking for charity – It’s Negroni week !

Boire un verre pour la bonne cause ? – Et si en cette semaine de juin, l’apéro devenait un geste caritatif ?

2

Campari, cet alcool pourpre, doux-amer, qui à chaque gorgée nous emmène dans les ruelles étroites et ombragées de l’Italie, s’associe pour la troisième année consécutive, avec le magazine Imbibe pour présenter la semaine du Négroni !

Cet événement profite de la renommée de ce cocktail incontournable afin d’organiser une collecte de fonds au profit d’œuvres caritatives à travers le monde !

La semaine Negroni se déroule cette année du 4 au 11 juin et une fois encore, les bars, les restaurants et les détaillants du monde entier sont encouragés à donner une partie du produit de la vente des cocktails Negroni à une association !


SAVE WATER AND DRINK NEGRONI :

Botanical by Alfonse , pour chaque Négroni acheté, reversera une partie à l’association Save Water. À vous de jouer !

Le must : emporte ton Négroni, et oui ! Rendez-vous au bar pour des cocktails to go ! Fais passer le message ❤

ENJOY_THE_PLEASURE-109
Photos by Fanny Myard

ENJOY_THE_PLEASURE-340

Army and Navy, cocktail Tiki ou non?

30_31_mars_18_BD-32

Sur la carte Tiki du vendredi, s’est cachée une histoire.

On pourrait penser que ce cocktail n’a rien à faire là, son classicisme dénote en apparence avec tous ces tikis aux couleurs vives, signes de cette culture que nous célébrons en chaque début de weekend.

Sur le tableau noir du menu, il se fait remarquer par la rigueur de son nom, qui n’a pourtant aucun rapport avec l’armée.

« Army and Navy », rien que de prononcer son nom et on ressent immédiatement son autorité : rien à voir avec les autres boissons festives qui chantent sur la carte de leur accent des îles.

Mais, il est bien plus âgé qu’eux en réalité, plus vieux même que la période de la prohibition dont sont issus bon nombre de ses confrères. Car « Army and Navy » apparaît pour la première fois en 1869. Extrêmement chargé en alcool (et je pèse mes mots), il faudra attendre que Monsieur Embury le qualifie dans son livre, The Fine Art of Mixing Drinks, d’horrible mixture pour justement, l’améliorer en 1948 !

Depuis lors, avec ses quelques gouttes d’orgeat, il a toute sa place dans nos soirées polynésiennes.  Ne vous fiez pas à son nom et goutez-le ! Cheers

 

Les ingrédients :

  • 5cl de gin (ici Beefeater gin)
  • 2cl de sirop d’orgeat maison
  • 2cl de citron pressé
  • Un zeste d’orange en garniture

30_31_mars_18_BD-5630_31_mars_18_BD-58Toutes les photos de l’article sont celles de Fanny Myard photography.

 

Botanical by Alfonse – Venue reports

Je vous l’avais déjà dit ; paraître un jour dans le journal d’hospitalité moderne VENUEZ, cela a toujours été un objectif pour nous. Le papier de qualité supérieure, les photos renversantes, le contenu qui, avec toutes les pages dédiées aux concepts et aux innovations, est un condensé de tout ce qu’on aime ! Avec mon amoureux, nous apprécions lire sur la bonne bouffe, découvrir des entrepreneurs audacieux et des lieux où l’on rêve de diner.
Mi-mai, voilà que sort la 48e édition du magazine, et à la page 50 … c’est Botanical by Alfonse se déploie sur plusieurs faces. Objectif atteint, entre les établissements à l’esthétique soignée, notre bar à cocktails namurois a fière allure ! Je ne saurais que vous conseiller de courir chez votre libraire et vous abonner à VENUEZ magazine dès aujourd’hui, mais pour ceux que l’Horeca passionnent un peu moins en général, je partage avec vous notre article qui nous rend si heureux ! Merci VENUEZ, ce cadeau nous touche beaucoup et nous booste un max pour l’avenir. A quand un deuxième passage ?

VENUEZ 48_BOTANICAL-2VENUEZ 48_BOTANICAL-4VENUEZ 48_BOTANICAL-5VENUEZ 48_BOTANICAL-6VENUEZ 48_BOTANICAL-7VENUEZ 48_BOTANICAL-8

Botaniques et céramiques

06_avril_18_BD-3

Parce que chez Alfonse, on travaille en famille.

Issus d’une superbe collaboration avec mon parrain céramiste Luc Guilliams, je suis très fière de vous présenter nos tout nouveaux verres.

A l’image de Botanical by Alfonse et de son style reconnaissable, Luc Guilliams crée une collection texturée et originale.

Avec des jeux de matières, les gobelets à boire sont résistants et tournés artisanalement à la main. Les différentes utilisations de terre en font un objet de grande qualité qui servira parfaitement cocktails, jus, smoothies ou même thés glacés. Parce qu’une fois rempli de glace, le contenant descend en température et stoppe net la dilution trop rapide ! De plus, ces poteries sont alimentaires et peuvent se placer au lave-vaisselle.

Émaillée, mouchetée parfois striée, chaque pièce est unique et raconte une histoire.

La collection de céramiques de Botanical by Alfonse  par Luc Guilliams est disponible à l’achat dès Avril 2018 !

Merci ma jolie Fanny pour les photos ❤ (Fanny Myard photography )

Charlie 06_avril_18_BD-206_avril_18_BD-3306_avril_18_BD-3406_avril_18_BD-3506_avril_18_BD-1406_avril_18_BD-906_avril_18_BD-506_avril_18_BD-1506_avril_18_BD-1706_avril_18_BD-2406_avril_18_BD-1906_avril_18_BD-2306_avril_18_BD-16

Plus d’infos sur Luc Guilliams : https://vimeo.com/123171638

 

Mary’s Spring

30_31_mars_18_BD-80

En nous promenant sur le marché le samedi matin, il y a des chances que l’on soit conquis. Des morceaux d’agrumes qui jutent abondamment, un carré de pomme fraîche, notre maraîcher sait comment nous séduire.

Sans surprise, le lever est souvent périlleux. Valentin fonctionne comme un automate : il se lève, s’habille, cherche son portefeuille une bonne vingtaine de minutes, le retrouve enfin, et le voilà fin prêt. Moi, par contre, je dors debout. Je ne pense qu’à ces gorgées chaudes de café qui vont ébouillanter mon intérieur. Tant bien que mal, le corps hagard guide la tête qui sommeille vers l’étal de viennoiserie. Il faut remonter la rue de Bruxelles bondée, se frayer un chemin au centre des échoppes, toujours accompagnée de cette impression d’être à contre-courant. C’est souvent à ce moment-là que je commence à remarquer que je porte un quasi-pyjama et que j’ai les cheveux gras. Mon amoureux a beau être plus vif que moi, ses paupières le trahissent, il a des airs d’enfant qui sort d’une sieste. Autour de nous, il y a le bruit des marchands, des familles, les aboiements des chiens aussi, un brouhaha entrecoupé par les folies du disquaire, signe d’un autre temps.

Quelques bouchées de « couques de Dixmude », voilà qu’autant dans mes idées que dans la clarté du petit matin, la brume se dissipe peu à peu. Le maraîcher nous attend sourire aux lèvres. Devant lui s’empilent des bâtons de rhubarbe striés d’un rose vif et quelques produits de saison. Un regard vers Valentin et je sais que la carte cocktails du soir a germée dans son esprit.

Sur le marché du samedi matin, nous avons la chance d’être conquis.

(Les pailles utilisées sont en cellulose, elles sont donc biodégradables ! Pensez à l’environnement )

30_31_mars_18_BD-75

30_31_mars_18_BD-74

30_31_mars_18_BD-79

30_31_mars_18_BD-83

Toutes les photos de cet article sont celles de Fanny Myard