Alfonse caravan-bar, le bar mobile

Alfonse caravan-bar, c’est un concept nomade composé de deux caravanes des années 60 transformées en bars à cocktails ambulants. Il y a eu d’abord « Alfonse » avec qui tout a débuté, et puis « Alistair » la dernière venue, qui est un modèle un peu plus grand.

Retapées à la main, faites de chêne belge, elles sont illuminées d’ampoules Edison et proposent des cocktails fabuleux et de la mixologie sur mesure partout en Belgique depuis 2016 !

Le service est complet : sur leurs petites roues, les jolies caravanes se déplacent sur tous tes événements pour y servir des cocktails travaillés de façon artisanale. Car avec Alfonse caravan-bar, les sirops sont faits maison, les jus sont pressés minute et les cocktails sont rythmés par les saisons.

Les cartes cocktails sont personnalisées avec Alfonse caravan-bar, elles sont créées sur mesure en fonction de tes envies, attentes et bien sûr des saisons.

Ecris-nous !

From Namur to London – L’arrivée

Fin- novembre 2020, nous avons quitté notre maison salzinnoise de 150 m² pour notre nouvel appart londonien de 35m². 115m² de différence, et toujours à quatre car partir sans Stella (notre chien) et Ginger (mon chat) n’était pas envisageable. Au début, j’ai eu la nette impression d’emménager à nouveau dans mon studio d’étudiante sur la place du Vieux ; je retrouve ce mode de vie où rien n’est laissé au hasard, l’espace est optimisé. Mais très vite, nos amis sur place nous font part de leur étonnement quant au privilège d’habiter seuls et non en colocation, avec en plus une baignoire et une chambre séparée. Du coup, j’ai décidé que les 35m² d’ici valent largement les 150m² de là-bas et que la mesure de l’espace, c’est uniquement dans la tête.

Après la quarantaine, laissons place à la liberté !

C’est un peu comme si les beaux jours étaient revenus, on passe nos soirées à rire, à manger et boire au pub dont les cartes sont parfaitement adaptées aux végétariens (qui l’eut cru ?), je prends même rendez-vous chez le coiffeur (oui, c’est important). On passe des heures à tester des cocktails, à parler saveurs, arômes, débattre sur les couleurs, les équilibres et ce jusqu’aux petites heures. L’énergie de la ville entière est grisante, vibrante, je me pare de mes plus belles fripes, je porte des carreaux et des lignes, je m’exprime en textile. Valentin aussi ne tient pas en place, il touche à son rêve ultime. – Londres nous t’aimons déjà tellement !

Décembre, fin de la trêve et des réjouissances.

L’horeca londonnien doit, lui aussi, refermer ses portes. Tout d’un coup, Valentin et moi sommes propulsés dans le passé, malgré nous, à nouveau enveloppés par ce brouillard d’incertitudes que nous avons appris à côtoyer des mois durant.

Mais Londres a un effet particulier, et l’expression « Every cloud has its silver lining » démontre encore l’optimisme qui la caractérise. En Angleterre, on attend que la tempête passe certes, mais on n’attend pas le beau temps pour autant, on profite de ce que l’on a. Alors, nous flânons nous aussi dans les parcs,  commandons aux comptoirs improvisés devant les pubs, on prend des take away à la fenêtre des restos et on accepte la vie comme elle vient. Londres nous inspire c’est certain, tout comme la présence de Rémy , Paul et Maria (voir article précédent).

Mais alors, que faisons-nous exactement ?

Forts de l’expérience de Botanical by Alfonse, du service évènementiel Alfonse Caravan-bar et de leurs gestions depuis plusieurs années, on apporte tous les deux notre modeste contribution à nos amis. Tous ces petits détails auxquels on ne pense pas toujours lors de l’ouverture d’une entreprise, ces apprentissages qui se font année après année sont tout autant d’apports bénéfiques au groupe. Et, il y a bien entendu l’essentiel : la création des cocktails en elle-même. Le concept, que je développerai plus longuement dans un article qui lui sera entièrement dédié, se base sur le fonctionnalisme et l’idée est ici d’élaborer des boissons à partir des 20 bouteilles présentes dans le bar et «20 bouteilles seulement» choisies par une dégustation à l’aveugle.

Créer un langage universel via l’esthétique est quelque chose en quoi Rémy et Paul croient fermement mais développer un langage universel via le goût est encore un autre chemin de réflexion peu emprunté jusqu’alors par nos prédecesseurs . A la carte, il y aura 9 cocktails qui seront en constante évolution. La cartes des 9 boissons sera le reflet de l’espace lui-même et est développée par l’équipe entière sans distinction.

Rotovap, extraction, distillat. Chaque ingrédient, chaque mesure sont savamment examinés, testés, améliorés. Le processus de création dans lequel nous nous trouvons a tout en commun avec de la recherche scientifique. Valentin absorbe, il travaille en parallèle sur les futures cartes de notre petit bar à cocktails namurois.

Apprendre, s’éduquer tout en gérant notre propre entreprise, ce que nous faisons à Londres, c’est une recherche créative en faveur d’un développement constant qui j’espère nous accompagnera tout au long de notre vie.

Ps : ce texte a été écrit avant le 4/01/ 2021 et l’annonce d’un nouveau confinement.

RORSCHACH – carte éphémère.

…on s’est inspiré du test de Rorschach, un outil d’évaluation psychologique élaboré par le psychiatre Hermann Rorschach en 1921.

TASTE OF US – carte éphémère

Alors non, ce n’est pas un « best off » (pas encore) mais plutôt des drinks taillés sur mesure pour nous, une réponse à nos envies gourmandes du moment, une carte qui nous fait plaisir en somme..

Péché mignon – carte éphémère

Parce que cette histoire de bonnes résolutions ne nous dit rien qui vaille, nous on t’incite au vice, on te pousse à craquer pour ton péché mignon…

Tea Room – carte éphémère

« Sur une idée originale de notre Tommy, cette nouvelle aventure gustative te plongeait dans l’univers complexe du thé… »

« Rum and bitter » la recette facile du jour 🌻

 

Tandis que le soleil inonde de lumière nos fenêtres, jardins ou balcons, ne serait-il pas l’heure d’un petit cocktail ?

Étape par étape et avec ce que l’on a dans nos armoires, on réalise le « rum and bitter ». C’est ultra simple, rafraîchissant avec une légère pointe d’amertume parfaite pour ce fabuleux après-midi !

Ce dont tu as besoin :

• 3cl de rhum, ici c’est du « Trois Rivières cuvée de l’océan » mais tu peux utiliser n’importe quel rhum blanc, agricole c’est mieux !

• 2cl de Mandarine Napoléon (ou une liqueur d’orange).

• Un mixer Thomas Henry, bitter lemon (mais tu peux utiliser ta propre limonade).

• Une pincée de sel.

• Le jus d’un demi citron vert (notre citron est tout rabougri mais il vient du jardin 😚).

• Des glaçons.

 

Alors, es-tu prêt ? 🌿

Venuez 18

 

Un an déjà ; une année complète s’est écoulée et nous voilà aux portes de Venuez 2018 , l’événement incontournable d’hospitalité moderne en Belgique.

Comme je le disais dans mon précédent article sur le salon, Venuez inspire le marché avec les dernières tendances dans le secteur Horeca européen. C’est une source d’inspiration incontournable, innovante et conceptuelle ! Ici, se rassemblent les entrepreneurs, les marques, les designers, les fournisseurs, les développeurs de concept, les bartenders et encore les chefs ! Tous les acteurs du secteur en somme.

Pour Valentin et moi, c’est un peu Noël en mars : des allées pleines à craquer de produits originaux, novateurs ou encore insolites.

Cela fait à peine quelques semaines que nous avons ouvert notre établissement, Botanical by Alfonse, qui nous comble de bonheur et dépasse, à tous les égards, nos prédictions. Après des mois de travaux, deux ouvertures en grandes pompes, des services complets, nous sommes tous les deux sur les genoux ! Mais, une fois sur place,  l’enthousiasme et l’excitation de participer à ce show d’hospitalité moderne nous shoot à l’adrénaline et nous procure un second souffle salvateur!

Valentin, perché sur le dessus d’un 4×4, shake sur le stand de Grit Beverages pour lequel nous sommes ambassadeurs. Grit beverages est un importateur et distributeur indépendant, les alcools qu’il propose sont alternatifs, qualitatifs et totalement différents des grands groupes mondiaux, dont je tairais bien évidemment le nom !

Etre sur le salon, ce n’est pas juste proposer des produits en dégustation,cela va au delà, Venuez nous permet de rejoindre nos amis du métier, de passer du temps avec les gens qui nous inspirent, nos coups cœur et ce, en toute simplicité. Je retrouve mon amie Hannah avec joie, et nos collaborateurs aussi, avec lesquels nous nous sommes liés d’amitié.

Venuez, c’est plus qu’un évent, c’est un petit monde qui rassemble tous ces gens qui, comme nous,  travaillent d’arrache pieds, souvent isolés dans une cuisine ou dans un bar. Ces trois jours mettent l’Hospitalité à l’honneur, ils allument cette petite flamme de passion et ce moment de reconnaissance et de réjouissance est le moteur de notre créativité.

Enfin, Venuez, c’est aussi le sens inné de la fête, croyez moi ! Les after party pullulent dans le centre d’Anvers et ne nous relâchent qu’à l’aube ! Faire de chaque instant un moment unique, c’est un bon créneau…

Je vous laisse avec les images du 1er jour sur le stand de Grit Beverages et je file profiter du 3ème et dernier jour de Venuez, la suite demain,  à + !

 

3web
https://www.mezcalreviews.com/filter-by/brand/meteoro/

4web5web

6web
http://www.gritbeverages.be/titos-handmade-vodka

15web

7web
http://www.partisan-vodka.de/

9web

8web
http://rosolioitalicus.com/

17web
http://www.gritbeverages.be/kyro-distillery-co-gins

16web

1web
https://kyrodistillery.com/

13web12web11web

10web
http://www.gritbeverages.be/fortaleza-tequila

14web
http://www.gritbeverages.be/

18web19web20web

21web
http://www.gritbeverages.be/kyro-distillery-co-gins

22web23web

2web
Brochettes de bartenders ❤

 

 

2017- Alfonse Caravan-bar


Notre histoire évolue constamment depuis la création du blog, à l’image de nos vies et de nos choix, Alfonse a changé et s’est transformé peu à peu en une entreprise. Je n’avais pas envie d’effacer pour autant nos anciennes présentations et j’ai alors décidé de ne pas modifier mes textes et de garder ses publications intactes et visibles, comme autant de souvenirs du chemin parcouru.  Charlie 


 

Bienvenue chez Alfonse !

Alfonse and Stuff c’est un blog qui relate des événements d’Alfonse, notre petite caravane, partage des recettes, du lifestyle et tout un tas de photos avec vous.

Alfonse date des 60’s, transformé en bar ambulant il propose, crée et adapte des cocktails old fashioned et de la mixologie sur mesure.

Handmade, faite de chêne belge, il est illuminé d’ampoules Edison prisonnières de pots de miel, de confiture et nous fait vivre des aventures en nous promenant partout sur ses deux petites roues.

« Nous », c’est une petite équipe de trois personnes: Valentin, mon amoureux concocte les cocktails, il est le moteur de notre entreprise. A toute heure du jour et de la nuit, il ne pense qu’à ce qu’il pourrait bien préparer dans notre cuisine, c’est assez fascinant de vivre avec un passionné. Depuis que nous première rencontre, il m’a fait découvrir des délices inattendus, oubliés et m’a fait me sentir concernée   par l’importance des bons produits.

Alexiane est notre graphiste et très proche amie, elle s’occupe du logo, des visuels d’Alfonse. Moi, c’est Charlie, je me charge de l’écriture du blog et de toutes les photos.

6web

Pour Alfonse, le maître mot est « authenticité », évitant au maximum les produits industrialisés, les sirops sont faits maison, les jus sont pressés le jour -même et les cocktails suivent les saisons.

Alfonse choisit donc avec soin ses produits et permet à la Wallonie d’avoir un accès à des alcools inédits, respectueux et de qualité en proposant  une alternative à la consommation actuelle, en décidant  de « boire mieux ». 

1web

Il offre un service complet : sur ses deux petites roues, il se déplace sur des événements, dans les sociétés et organise occasionnellement des masterclasses et des workshops.

En s’associant avec des acteurs locaux, un nouveau vent souffle et propage un dynamisme contagieux : avec les vide-dressing organisés, il met à l‘honneur des valeurs qui lui sont chères comme le réemploi et le non gaspillage.

Avec Oddities, la boutique d’antiquités et de curiosités, il invite à chiner et met en place de très secrets bars clandestins.

Vous l’avez compris, Alfonse n’est pas seulement une caravane à cocktails, c’est aussi un concept qui veut s’inscrire dans sa ville et dans son époque.

Suivez Alfonse dans ses aventures enivrantes, créatives et gustatives et n’hésitez pas à nous laisser un petit mot!

A très bientôt,

Charlie

 

// Mary White Compétition // la pré-sélection

Un soir de juillet à l’appartement, alors que Valentin nous sert un verre de vin, nous tombons sur une publication de la Deluxe Distillery qui annonce un concours autour de son incroyable vodka, la Mary White.

Des compétitions de cocktails, sérieux ?

Oui, pour ceux qui ne le savent pas, les cocktails ont leur championnat tout comme le football ! Là aussi, les marques organisent de véritables spectacles et mettent en compétition les meilleurs bartenders au monde. Pas de passe, ni de hors jeu forcément, c’est une affaire d’ingrédients, de créativité et des gestuelles orchestrées qui nous tirent des -Oh ! , des -Ah !, et des -Come on Belgium ! Car, oui, la Belgique est diablement douée. Par exemple, c’est le belge Ran Vanongevalle qui a remporté le Bacardi Legacy (la compet’ de la mastodonte entreprise mondiale de production et distribution de spiritueux). Ran, c’est une star dans le milieu, le Ronaldo du cocktail.

En ce moment, les concours pullulent autour de nous, les marques, distilleries ou écoles de bartending (et oui, il y aussi des écoles) en organisent tour à tour : à la clé, des voyages, des cadeaux et parfois l’opportunité de devenir ambassadeur de marque.

Nous avons beaucoup d’amis qui s’engagent dans ces «Top Chef» de la mixologie et nous adorons les suivre et les supporter en véritables fans !

Cependant, vouloir y participer c’est différent, ce n’est pas vraiment notre truc. Adeptes du fait-maison et de l’artisanal, nos valeurs ne sont pas toujours compatibles avec ces shows, et puis, c’est vachement moins stressant de les regarder sur internet !

Mais revenons à la lecture de cette publication de la Deluxe Distillery. Nous sommes un soir de juillet, les fenêtres de l’appartement nous offre une brise légère et lorsque que le vin touche le fond du verre, qu’il se tord et renvoie quelques gouttelettes sur la table en chêne, Valentin me dit en souriant – je vais m’y inscrire !

Mais pourquoi participer au concours de la Deluxe Distillery et pas aux autres?

Soyons honnête, c’est une question d’amour, de qualité et de patrie :  les fondateurs, Thomas et Sophie sont les Bonnie & Clyde dans le monde des spiritueux belges. A eux deux, ils ont créés le tendre gin Blind Tiger et la captivante vodka Mary White.

Avec ce concours, Valentin a trouvé la motivation qui lui manquait : le challenge de sublimer un produit qu’il respecte profondément.

Rappelez-moi de vous raconter le récit captivant et triste de Mary White, le personnage derrière le nom de la vodka, c’est un destin tragique qui a besoin de plus de quelques lignes et un article pour lui tout seul.

Mon dieu, je suis tellement contente pour lui et stressée à la fois ! Je ne suis évidemment pas objective car pour moi « – c’est loulou qui fait les meilleurs cocktails » ! Mais que ferais-je s’il n’est pas sélectionné? Que ferais-je si les créations d’un jeune inconnu wallon dans sa petite caravane ne sont pas remarquées par rapport à celles d’un type ultra-connu qui possède 10 bars à Amsterdam ? Je ne pourrais pas leur casser la figure ?! Évidemment, je tais mes peurs et l’encourage à ma façon : «- t’as intérêt à gérer loulou, sors-nous un cocktail de malade, y a un city trip à Paris à gagner! »

Sur la publication, les règles de participation nous semblent claires quoiqu’en néerlandais. Le vin aidant, nous nous sentons tous les deux bilingues et concluons qu’il faut envoyer une recette personnelle d’un Bloody Mary (un cocktail à base de vodka et de jus de tomate) par email et ce, avant la fin du mois.

Le dernier jour de juillet (évidemment!), date butoir des inscriptions, nous rentrons à la maison après avoir passé la soirée à travailler avec notre cher Alfonse. Bien décidés à concourir et habitués à être constamment à la bourre, on prépare la recette du Bloody Mary de Valentin. Par acquis de conscience, je relis quand-même les règles. Horreur, c’est à plus rien n’y comprendre ! Avec l’aide de ce bon vieux google, je déchiffre les mots et découvre qu’il faut d’abord se sélectionner avec un cocktail libre à base de Mary White et que la revisite du Bloody Mary n’est strictement réservée qu’aux finalistes ! Fichtre, on était bourré ou quoi?

Résultat, il est 20h, le 31 juillet, et Valentin doit sortir de ses méninges un cocktail équilibré, construit et en plus joli, afin que je puisse le photographier ! Challenge accepted, mon petit génie créatif démarre au quart de tour et quelques minutes avant minuit, il me dépose un superbe petit verre sur la table. Nous écrivons la recette, nous envoyons la photo, emballé c’est pesé !

Un verre de vin pour fêter sa première inscription, on trinque puis le concours nous sort totalement de la tête.

Les semaines passent. Un beau matin d’août, un mail particulier vient se glisser parmi les autres, il est écrit dans la langue de Vondel et le seul truc que l’on y comprend est : Gefeliciteerd !

Et c’est à partir de ce moment que l’histoire commence vraiment.. à suivre

 

1

Alfonse Caravan-Bar : on se lance!


La page *About us* évolue constamment depuis la création du blog, à l’image de nos vies et de nos choix, Alfonse a changé et s’est transformé peu à peu en une entreprise. Je n’avais pas envie d’effacer pour autant nos anciennes présentations et j’ai alors décidé de ne pas modifier mes textes et de garder ses publications intactes et visibles, comme autant de souvenirs du chemin parcouru.  Charlie 


Bienvenue chez Alfonse !
Laissez-moi vous présenter notre petite équipe : Valentin, Alexiane et Charlie (moi-même). À trois, nous formons Alfonse, c’est à dire Alfonse & Stuff  (le blog) et Alfonse Caravan-Bar (la caravane of course).

 

6
Alfonse

Alfonse est tout d’abord un projet proposant des cocktails old fashioned et de la mixologie, mais avec le temps, nous partageons aussi nos événements, des morceaux de notre quotidien, nos envies créatives, un peu de nous en somme.
 
Pour nous, le maître mot est « authenticité », nous préconisons dans la mesure du possible l’esprit Do It Yourself.
Nous ne comptons plus les heures passées autour de la table de notre petite cuisine à presser et préparer les fruits du primeur de quartier.
Rien de plus facile que de préparer son sirop maison, nous sommes devenus des pros du homemade ! Souhaitant le respect du produit, nous refusons d’ingérer n’importe quoi, et de rencontres en partages, nous avançons au fil des saisons et des idées de Valentin.
4
Il y a de ça quelques mois, j’écrivais sur cette même page mon envie d’immortaliser ce qui se passait dans ma cuisine et mon enthousiasme à photographier les recettes servies à toutes heures du jour et de la nuit par mon amoureux.
Zestes d’oranges savamment entortillés, alcools oubliés, saveurs méconnues : il fallait que j’en garde une trace, ne serait-ce que pour alléger ma mémoire & sauvegarder le court instant précédant l’engloutissement ! Faut dire qu’il y a peu, je découvrais (à mon grand étonnement) que le sabayon n’était pas un jour de congé au Vietnam, mais plutôt un dessert ! J’ai donc de quoi m’extasier.
 7web
 
Aujourd’hui, les choses ont sensiblement évoluées. Depuis quelques mois, la caravane dans notre sillage, nous partons en ballade dans de « petits coins » de Belgique où nous présentons différents produits issus de distilleries locales. Nous commençons tout doucement à organiser des événements et voilà même que nous inventons de nouveaux cocktails à la demande de marques en quête d’un peu de changement. Il va de soi que ces marques, il faut qu’elles nous plaisent et qu’elles collent aux principes d’Alfonse.
 
A trois, nous nous passionnons donc pour ce projet fait d’aventures créatives et gustatives, de défis et évidemment d’une multitude de photos que nous partageons et partagerons ici ! J’espère que vous prendrez autant plaisir à me lire que moi à vous écrire, n’hésitez pas à nous suivre et à partager !
Enjoy!
Charlie

2
Alfonse ‘s girls

 

2015 : Création d’Alfonse and stuff, le blog


La page *About us* évolue constamment depuis la création du blog, à l’image de nos vies et de nos choix, Alfonse a changé et s’est transformé peu à peu en une entreprise. Je n’avais pas envie d’effacer pour autant nos anciennes présentations et j’ai alors décidé de ne pas modifier mes textes et de garder ses publications intactes et visibles, comme autant de souvenirs du chemin parcouru.  Charlie 


 

Bonjour & bienvenue sur le blog d’Alfonse!

Sur notre page, en cliquant sur le menu, vous trouverez des recettes, des idées et tout un tas de petites choses de notre quotidien. 

Nous sommes trois: Valentin, Alexiane& moi.

Moi, c’est Charlie, je me charge de l’écriture du blog et des photos.

Valentin,mon amoureux, est un peu le pilier du projet: il se charge de la création des cocktails, du coté cuisine, il retouche aussi les images. C’est lui qui revisite, invente et propose les recettes.

Alexiane est notre graphiste et amie, elle s’occupe du logo, des évènements,… On la connait depuis des années et c’est un peu , je l’avoue, grâce à elle que Valentin et moi sommes ensemble.

Le blog est né grâce à deux choses: Valentin chipote, mixe, touille, essaie et ne s’arrête jamais de courir dans notre cuisine. Au travail, pendant que mes collègues mâchent mollement leur plat-tout-fait ou sandwich-cellophane, moi, je me régale avec des salades composées dans des pots Weck.  J’attends le temps de midi comme j’attends un nouveau bouquin et ma boite à tartines est devenue l’objet de bien des convoitises. Il y ajoute un petit mot sur du papier froissé et souvent, un morceau de cake, homemade bien sûr.

origi nal retouche.jpg
Cocktail de Valentin

Chez nous, à  toutes heures du jour et de la nuit, il ne peut s’empêcher de nous servir une multitude de choses à boire et à manger. Il n’est pas rare qu’un vendredi soir, à 4h du matin, même éméché, il se mette en tête de préparer des gaufres aux survivants de la soirée. Nous convions nos amis, nos familles, il y a toujours du monde autour de la table.  Depuis qu’il se passionne pour la mixologie et les cocktails old fashioned, on a pu goûter des délices venus tout droit de la machine à remonter le temps, se sentir concerner par l’importance des bons produits et se soucier des saisons et de ce qu’elles apportent. 

Témoin de cette effervescence quotidienne, je me devais de sauvegarder  toutes ces jolies choses que je déguste. A vrai dire,Valentin a autant de mémoire qu’un poisson rouge, il ne se souvient pas du plat dégusté la veille ni du collins servi qui était si rafraichissant. Il ne se soucie absolument pas de mettre par écrit ses bonnes idées.  Il fallait donc que j’agisse, que je prenne des notes et ça tombe bien; j’adore ça !

7web

L’envie d’un blog est aussi née de notre projet « Alfonse Caravan ». Une caravane rétro qu’on a retapée et transformée en bar ambulant. On la déplace dans le jardin d’amis pour faire la fête pendant l’été et, à force de prendre des photos, je me suis vraiment prise au jeu. Je photographie les verres servis, nos amis et, chez nous, je fais pareil avec les petits plats de Valentin. On a commencé à surfer sur des blogs, à épingler des tableaux et l’on s’est dit, pourquoi ne pas créer notre blog « à nous » ?

1

 

Avec un blog, on pourrait mettre l’accent sur certains produits qu’on utilise, des produits simples, de caractère, parfois de terroir. Nous sommes dans une époque de consommation suprême et nous n’avons pas grand chose pour contrecarrer cet état de fait. A notre échelle, nous marquons notre désaccord en mettant en avant nos valeurs concernant l’alimentation et la boisson. Le moins possible de soda, peu de produits industrialisés, etc.. On aimerait remettre au goût du jour des alcools old fashioned, redécouvrir des trucs oubliés de notre région et revisiter des recettes à l’ancienne pour retrouver un peu de « vrai ».

Alors pour toutes ces raisons, nous voilà, on s’est lancé et on espère que ça vous plaira.

Enjoy !

Charlie&Valentin

Le sirop de menthe d’Alfonse

dsc_0067

Le sirop de menthe 100% naturel d’Alfonse vous dévoile tous les arômes d’une menthe marocaine infusée sans procédé chimique, pour vous faire redécouvrir le goût de la vraie menthe, de l’authentique!

Pensez à vous ! Les sirops d’Alfonse sont élaborés de façon artisanale. Ils sont donc sans additif, sans conservateur ni colorant.

dsc_0079
Le sucre qui est un conservateur naturel, permet au sirop d’avoir une durée de vie aussi longue qu’un produit industriel ! –Hé oui, comme les confitures de mamie !

Vous pourrez savourer en toute tranquillité la traditionnelle menthe à l’eau, relever vos préparations et cocktails avec seulement quelques gouttes.

dsc_0072

 

 

Pensez à la planète ! Boire du sirop, c’est aussi économiser sur les bouteilles en plastique, les canettes et ça rend l’eau du robinet bien plus savoureuse.

dsc_0074

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sirop de menthe d’Alfonse est en petit format de 300ml car il est doublement concentré, vous n’avez donc pas besoin d’en mettre beaucoup dans votre verre, un petit fond suffira. Mélangez énergiquement et c’est prêt, drink well !

                             

 

 

 

ENJOY!


Commandez-le via notre Facebook

dsc_0059

On a testé Vegan à Amsterdam

2web
Bistrot au coin d’une rue, Amsterdam

Quand on prend la route pour un city trip, on a souvent en tête de profiter un max de sa journée et d’exploiter à fond son temps sur place. Expos, monuments, jardins, on se voit déjà sac au dos, carte de la ville dans une main, appareil photo dans l’autre.

Ça, c’est la vision d’un city trip traditionnel. Ici, à Amsterdam, il vaut mieux laisser tomber la liste des choses à voir parce que vous finirez sans doute, la tête dans un donut à la crème, perdu dans un quartier inconnu après avoir voulu tester un coffee shop.

Tout est fait pour se perdre à Amsterdam, les canaux qui se répètent et se ressemblent, les cyclistes à la rapidité saisissante qui jouent aux rabatteurs : je n’ai pas le temps de regarder autour de moi pour me situer, je dois juste bouger, avancer, faire quelque chose sous peine d’avoir un pneu roulant sur le tibia. J’ai beau y retourner, je me fais toujours avoir.

web4
Lou dans les rues d’Amsterdam

Comme nous avions échoué dans nos plans, qu’aucun musée n’a été visité (pour ça qu’ils sont gratuits je vous dis !) et que la force m’avait manqué pour chiner proprement dans les innombrables friperies, il fallait bien qu’on se dirige vers un truc intéressant.

Amsterdam, la capitale du munchie, regorge de trésors comestibles en tous genres. N’étant pas comme ces stoners irresponsables, il était hors de question d’engloutir « une crasse » issue d’un magasin-distributeur ni de se faire péter un fast-food.
C’est là que notre pote Mathieu, parfois aussi guide spirituel, nous a parlé d’un resto vegan (avec un sol en terre battue-argument de taille) qu’il avait fortement envie d’essayer.

3web
Mathieu surpris, Amsterdam.

Je vous avoue, je ne suis pas les hippies qui graillent avec leur doigt, les pieds nus dans l’herbe, soi-disant pour retrouver le contact avec la nourriture, et je me contrefous de savoir si un végétarien est « vraiment végétarien » s’il  s’autorise des crevettes le dimanche.

Mais bon, je dois dire qu’en tant qu’habitante de cette planète, il faudrait être totalement aveugle pour ne pas remarquer le changement qui s’opère autour de la nourriture. La bouffe, c’est à la mode: qu’on soit végétalien ou pro-local. En tant que terrienne (loin de classifier les modes alimentaires ,mais bien contente de l’évolution des mentalités)  j’étais emballée à l’idée de goûter tout un menu où « le seul meurtre  » –comme ils disent, est commis sur les légumes (pauvres petites carottes!).
Après avoir tourné en rond (même le plan en arc de cercle de la ville est conçu pour vous embrouiller), nous avons trouvé la ruelle du resto! Au début, j’avais plus l’impression d’arriver dans un head-shop, j’étais sûrement conditionnée par le contexte.
L’unique pièce éclairée par un néon accueille une table commune avec toile cirée . Il y a des plantes partout, deux trois galets par terre posés sur de la terre (le fameux sol en terre battue de Mathieu). J’ai beau avoir les yeux ouverts, j’ai peine à croire que je ne suis pas à l’arrière d’une cantine dans les Dom-Tom.

9web
Caribean Japonese Food, Amsterdam.

Math, Lou et moi  prenons immédiatement place, lâchant nos sacs au sol comme on le faisait chez maman, s’échangeant la carte avec une dalle de tous les dieux. Le boui-boui japonais des Caraïbes (si vous n’êtes pas trop regardant coté poussière et serpillière) vous fait sentir comme à la maison. Valentin, lui a plutôt envie de déguerpir. Il nous demande plusieurs fois si nous sommes « vraiment sûrs de rester », si l’on n’a pas envie d’un «vrai resto»,  et qu’il est même prêt à nous l’offrir, …en vain.

Lui qui se voyait déjà commander un stew hollandais dans un restaurant au bord du canal, à la déco scandinave soignée, lui qui se voyait déjà le dos contre un bon dossier un Negroni à la main, a bien peine à croire qu’il est assis sur un banc (où, en plus, quelques inconnus ne vont pas tarder à le rejoindre).

Its all about sharing, s’enquit Mathieu en réponse, souriant et enthousiaste !

5web
Nous et la clientèle du soir

Y a quand même un truc qui me chiffonne avec cette tendance vegan:
-pourquoi les types qui ne veulent plus rien avaler d’animal se voient obliger de manger des reproductions d’alimentation carnivore ? Tout ces trucs là:  le faux steakles nuggets, les wings, … Pourquoi ?
Y a des chefs qui se cassent la tête pour mettre les légumes à l’honneur : le topinambour dans son lit de betteraves, la déclinaison du salsifi, …
Alors qu’au contraire, au rayon vegan, tu te retrouves avec l’escalope de maïs, les saucisses de graines germées,... Ce n’est pas un peu du recopiage tout ça ?
Si tu n’as pas envie de saigner Donald, de le faire rôtir puis ronger ses ailes, pourquoi s’obstiner à les reproduire à l’identique version pois-chiche?
Déconcertée, je choisis une salade d’algues et une assiette de samosas.

6web
Les samosas (pas mal du tout)

 Évidemment, Valentin opte pour le cheeseburger, à coup sûr la meilleure façon d’être déçu selon moi. L’alternative au bacon pend mollement sur un fromage végétal. Imaginons un peu que vous aimiez les légumes ,mais que soyez forcés à manger de la viande, est-ce que vous feriez en sorte que votre haché ait l’apparence d’un brocoli?  Pourquoi ne pas servir un sandwich vegan pour ce qu’il est, sans s’évertuer à le faire ressembler à un triple-whopper? Ça n’a pas de sens tout ça.

web7
Le cheeseburger de Valentin et sa boisson bio

8web

 

Soit, nous sommes trois à se régaler, mais tous hilares, après cette longue journée pendant que le chef cuistot jamaïcain s’affaire derrière le rideau de cuisine, un pétard sur l’oreille. D’autres curieux s’attablent avec nous, d’autres tentent de se faire une place sur l’unique canapé dans le feuillage, l’endroit a des airs d’auberge de jeunesse. Deux filles plantureuses se réconfortent en disant qu’elles peuvent tout avaler sans modération puisque… c’est vegan!

Ma foi, on dirait que l’étiquette végétalien est le sacro-saint de l’alimentation et en plus ça ne fait pas grossir !

 

 

Valentin, en pouffant, m’avoue que son faux-burger ne lui goûte pas du tout, qu’il lui faut sortir d’ici assez vite et se nourrir d’autre chose. Notre petit groupe, à trois-quart repu, retourne dans les dédales de la belle Amsterdam après cette expérience culinaire qui ,malgré des extrêmes et certaines exigences dont je doute,  propose une nouvelle façon de respecter le monde autour de nous. Et finalement, n’est-ce pas ça l’important?

1web